Assurance vie, assurance décès : quelle différence ?

Assurance vie épargne placement financier, assurance décès prévoyance en cas de décès…

 

L’assurance vie : une logique d’épargne, placement financier, assurance vie en cas de vie

  • Vous permet de constituer 1 capital en alimentant votre contrat à votre rythme
  • L’objectif de l’assuré est de faire fructifier un capital pour en profiter.
  • C’est un placement financier et non pas une assurance.
  • De votre vivant, vous pouvez utiliser le capital constitué pour financer des projets ou compléter vos revenus.
  • A votre décès, les bénéficiaires désignés reçoivent le capital constitué, dans la plupart des cas sans droits de succession.

 

L’assurance décès : une logique de prévoyance, assurance vie en cas de décès

  • Assurance en vue de garantir le risque du décès de l’assuré.
  • Elle fonctionne comme une assurance habitation ou une assurance auto.
  • L’objectif de l’assuré est de la prévoyance dans l’éventualité d’un décès. (prévoir ce qui se passera après la mort de l’assuré).
  • C’est une opération de prévoyance permettant d’assurer l’avenir de ses proches et d’organiser sa succession.
  • Elle est aussi utilisée en matière immobilière pour garantir un prêt.
  • L’adhérent règle une cotisation pour un montant définit lors de la souscription.
  • L’argent ne peut être récupéré que par le(s) bénéficiaire(s) du contrat en ces de décès de l’adhérent.

 

L’assurance décès, une partie intégrante de tout bilan patrimonial

Si vous disparaissiez brutalement, comment feraient vos proches pour s’en sortir ? Un décès peut être financièrement lourd de conséquences…

La question mérite d’être posée. Le décès d’un parent peut entraîner un préjudice économique pour son conjoint et ses enfants.

C’est particulièrement vrai dans les jeunes couples lorsqu’1 des 2 parents cesse son activité professionnelle pour s’occuper de sa progéniture. Si celui qui apporte l’essentiel des revenus venait à disparaître alors que le patrimoine n’est pas suffisant, le survivant ne serait pas à l’abri.

Le risque de décès existe à tout âge. On en dénombre 110000 chaque année chez les – de 65 ans.

Analysez la situation qui serait celle de vos proches si vous veniez à décéder.

Si les revenus ou le patrimoine du survivant sont à la hauteur, il n’y a pas de raisons de dépenser + pour les protéger d’un risque qui a de faibles probabilités de se produire à court terme.

Vérifiez auprès de votre employeur si vous n’êtes pas déjà couvert et à quelle hauteur.

Pour les + jeunes, qui ont 1 faible risque de disparition, cette assurance est bon marché et permet de protéger les proches à bon compte. A 40 ans, par exemple, 1 cotisation de 250 €/An permet de garantir 1 capital de 100000 € aux bénéficiaires désignés, quelle que soit la cause du décès.

Ensuite, au fil des années, le tarif augmente rapidement. A 55 ans, la même protection coûte entre 800 et 1000 €/An

 

Les médias en parlent…

Connaissez-vous la différence entre assurance vie et assurance décès ? dailymotion  3/07/2015

 

 

gratuitement, maintenant et sans engagement

 

 

Ces autres articles pourraient vous intéresser